Accueil > News > Fly Tox : What is it ?

Fly Tox : What is it ?

mercredi 22 mars 2017, par Gilles

Ou comment LE tueur d’insecte se refait une nouvelle virginité ....
dans l’expo FLY TOX ET CREATIONS METALLIQUES
Vernissage samedi 8 avril à 15h au Petit musée 180, rue de la Résistance à Arcambal (Expo jusqu’au 23 avril de 15h à 19h)

L’artiste, Jean-Gabriel Tabaraud y présentera une vingtaine d’objets ; ils sont tous à vendre (prix entre 60 et 200 €)

Et maintenant un peu d’histoire
FLY-TOX. Étymol. et Hist. 1937 . nom d’une marque de produits chimiques déposée en France le 12 octobre 1934 et connue spécialement pour ses produits insecticides. L’appellation, d’orig. angl., est formée de l’angl. fly « mouche » et d’un élément tox correspondant à toxique* ou toxine*. –

Il y a en fait deux origines de Fly-Tox, aux USA et en France, Fly-Tox date du début des années 1920, même si le brevet français fut déposé en 1934.

FLY-TOX, un tueur d’insectes !
Le Fly-Tox a connu une célébrité nationale, c’était LE tueur d’insectes. Il sent mauvais, il est bien sûr beaucoup plus toxique qu’il ne le prétend, mais à l’époque, tout le monde s’en fichait ! Il exterminait les sales bestioles qui empoisonnent les soirées, les lits et les corps. Pour entretenir sa popularité, Fly-Tox a profité, comme toute entreprise moderne et agressive, de la publicité. La réclame a illustré les journaux et revues, martelé les devantures sous forme de plaques émaillées, distribué son logo en collaboration avec les timbres antituberculeux, vendu des pulvérisateurs personnalisés.

Cette stratégie sera progressivement abandonnée après la Seconde Guerre mondiale au profit d’une politique plus pacifique mettant l’accent sur la douceur de vivre sans insectes.
Fly-Tox, en tout cas sous ce nom, achève sa carrière dans les années 1960 avec l’apparition des aérosols (plus besoin de pomper) en laissant à tous les usagers un souvenir durable. D’ailleurs, même le cinéma s’empare du pulvérisateur assassin : le film Les Tortillards, en 1960, avec Christian Marin et Louis de Funès, se consacre au sujet !

Mon premier FLY-TOX ?

J’étais adolescent.
Croisé sur un vide grenier à la fin des années 80, ce fut immédiatement le coup de poudre. L’objet me fascina tout de suite.

Venu d’outre temps, avec sa forme étrange.
Un temps où les insectes étaient tous des nuisibles !?
Un temps où les objets de consommation courante n’avaient pas de plastique. (tous les Fly-tox sont constitués de métal et de bois).
Un temps où on jetait moins les objets ( il fallait recharger la bonbonne vide et pomper ).
Un temps plus écolo où on pulvérisait à tout va du DDT !!!

LA LEGERTE !
Je trouve poétique le côté désuet de cet objet maintenant abandonné au chaland sur les vide greniers.
Je trouve cet objet devenu inutile, léger, aérien ; (ça n’engage que moi). Et, je ne sais pourquoi il m’inspire.

Dans la plupart de mes productions, des mes sculptures , j’essaye de respecter cette sensation de légèreté en diminuant les points d’appuis et en essayant que les assemblages restent discrets.
Je tente de conserver la forme du Fly-tox , d’intervenir le moins possible sur l’objet en dehors de quelques trous, quelques vis et quelques points de colle, une fois terminé il faut que chacun puisse reconnaître la forme unique du vieux pulvérisateur...

La légèreté aussi, car je trouve cet objet étrange et drôle.
Ma production est réussie si elle provoque un sourire, un léger émerveillement. J’ai un grand plaisir à observer les enfants réagir devant mes productions, à les écouter. Je sais alors si mon montage fonctionne !

Au FLY-TOX TUE ! un slogan célèbre des années 50,
je préfère le FLY-TOX ? LOL !!! (lol est dans le Petit Robert depuis 2013)
Jean-Gab

Portfolio

Répondre à cet article